Voici donc sans doute la 36 millième note concernant l'installation de Xen sur Debian Etch. Mais comme ça, ça m'évitera d'avoir à chercher l'info partout la prochaine fois que j'en aurai besoin.

Non, ceci n'est pas une honteuse tentative de dissimuler la joie enfantine qui s'est emparée de mon petit coeur d'artichaut à la lecture de l'annonce de la sortie d'un installeur graphique pour Debian. Non. Parce qu'il ne faut pas dissimuler son plaisir, une installation graphique, c'est tout de suite plus joli. Et ce qui est formidable sur le coup, c'est que l'ergonomie de l'installateur ncurses a été conservée : du coup, on utilise les mêmes enchaînements de touches, on garde ses réflexes, on gagne du temps, et en plus c'est agréable à l'oeil. Que demander de plus ? Quoi, une bière ?

Donc installer Debian, ça n'est même plus impressionnant (plus moyen d'épater les filles avec la console monochrome et l'interface graphique en rouge et bleu), mais ça va toujours aussi vite. Et puisqu'on veut aller toujours plus vite, on se doit de remercier les gentilles personnes qui nous ont packagé un noyau Xen tout prêt à démouler, nous évitant ainsi la fastidieuse tâche de récupérer les patches et de recompiler un noyau. Au diable l'avarice, donc, et roulons vers la gloire :

aptitude install xen-hypervisor xen-utils
aptitude install linux-image-xen-686

Et là, pensez-vous, tout est prévu, un p'tit update-grub et zou, on reboote ? Que nenni, malheureux. Ça serait encore trop simple, on a une image à défendre, c'est pas parce qu'on a un installateur graphique qu'on va tout faire pour vous non plus, eh oh. En effet, comme signalé dans le bug #368436, le paquet linux-image-xen-686 ne construit encore pas d'initrd tout seul. Il faut le faire à sa place, un scandale. Surtout si on a le bonheur d'utiliser un contrôleur SCSI ou SATA pour booter.

aptitude install mkinitrd-tools
mkinitrd -o /boot/initrd.img-2.6.16-2-xen-686 2.6.16-2-xen-686

Après ça,

update-grub

bien élevé comme il est, se charge de configurer l'entrée qui va bien dans le menu.lst de grub.

Là, maintenant, on peut rebooter, et profiter de ses VMs. Voire se la péter un peu en utilisant Enomalism

EDIT Bon en fait, non, on ne peut pas se la péter en utilisant Enomalism, c'est un bloatware complètement mal foutu, empétré dans une relation inextricable avec le Fedora Directory Server pour l'authentification LDAP, les chemins sont codés en dur, bref, c'est fait avec les pieds. Du coup, ça laisse de la place à l'innovation, hé hé hé...